La psychiatrie infanto juvénile répond aux besoins en santé mentale des mineurs (0 - 18 ans) et de leur famille sur le Département de la Corse du Sud. Elle a une mission de prévention et de soins à l’égard de cette population, ainsi qu’une mission de coordination entre les acteurs de santé et autres intervenants dans le champ de la santé mentale.
Elle s’articule autour de deux structures de base, le CISE (Centre Intersecteur pour l’Enfance) et le CISA (Centre Intersecteur pour l’Adolescence) et elle comporte 10 unités fonctionnelles (UF) réparties sur Ajaccio, Propriano, Sartène et Porto-Vecchio, dont une unité de soins intra hospitalière.
La base de l’organisation de la psychiatrie infanto juvénile est le Centre Médico-Psychologique (CMP) couplé avec un Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP).

Le Centre Intersecteur pour l’Enfance (CISE) - 0 à 13 ans :

Il se compose :

  • 1 CMP/CATTP « I Tesori »
  • 1 CMP/CATTP « A Rundinella »
  • 1 Hôpital de jour « A Pampana »

Le Centre Intersecteur pour l’Adolescence (CISA) - 13 à 18 ans :

Il se compose :

  • 1 CMP/CATTP « U Laricciu »
  • 1 Hôpital de nuit « A Passeghjiata »
  • 1 Atelier thérapeutique

Les consultations :

Vous habitez en Corse du Sud, vous serez pris en charge par le pôle de psychiatrie infanto juvénile :

Les motifs de consultations et les signes d’appel auxquels il convient d’être attentifs (« Référentiel d’observation pour le repérage précoce des manifestations de souffrance psychique et des troubles du développement chez l’enfant et l’adolescent à l’usage des médecins » (Document réalisé à la demande du ministère de la santé et du ministère de l’éducation nationale – Collège de pédopsychiatrie de la fédération française de psychiatrie - Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence – 2006 / http://www.sciencedirect.com).

La prise en charge

Le préalable à toute prise en charge est bien évidemment la consultation médicale.
Des difficultés même apparemment banales chez un enfant peuvent parfois être le signe d’une souffrance plus profonde et évoluer vers des troubles plus graves de la personnalité, un blocage de l’évolution, un déficit intellectuel (…). La prévention est alors nécessaire et elle demande une évaluation médicale.
Cette demande de consultation provient d’une démarche de la famille, et peut être suivie selon les cas d’un bilan psychologique d’une évaluation du langage parlé et écrit ou de la psychomotricité.
Ces bilans font l’objet d’une synthèse entre tous les spécialistes constituant l’équipe pluridisciplinaire, au terme de laquelle une aide sera éventuellement proposée (psychothérapie individuelle ou de groupe, orthophonie, groupe d’expression, rééducation psychomotrice, atelier de psychomotricité, thérapie familiale, thérapie mère-enfant (…)
La prise en charge décidée fera ensuite l’objet d’évaluations périodiques sous forme de synthèse d’évolution avec le médecin chargé du suivi du cas.
Cette prise en charge ne serait pas complète sans la filière socio-éducative, faisant partie intégrante de l’équipe pluridisciplinaire, leurs missions consistent notamment à identifier et privilégier l’abord éducatif. Ces différents aspects du soin s’intègrent dans le cadre global des projets spécifiques des unités fonctionnelles où ils exercent.

Durant leur séjour tous les patients bénéficient de la prise en charge de leurs problèmes somatiques par l’unité fonctionnelle de médecine générale en psychiatrie.
L’établissement favorise aussi toute démarche permettant de bénéficier de l’aide des services sociaux, et pour cela dans chaque service un assistant social est à l’écoute des patients. Le service social a pour mission de faire le lien entre l’hôpital et la vie extérieure.

La filière socio-éducative

Les fonctions en milieu sanitaire des personnels éducatifs ont été définies par décrets du 26 mars 1993. Sous la responsabilité d’un cadre socio-éducatif, les éducateurs spécialisés sont réparties sur 5 unités fonctionnelles couvrant ainsi l’ensemble du dispositif du secteur de psychiatrie infanto juvénile.
Ainsi conformément aux textes :
Les éducateurs spécialisés participent en liaison avec les familles à l’éducation des enfants ou adolescents en difficultés d’insertion,
Ils sont chargés du soutien des personnes handicapées et/ou inadaptées,
Ils concourent à leur insertion scolaire, sociale et professionnelle au moyen des techniques et activités appropriées.

Les modalités de suivi et structures de prise en charge :
Différents modes de prise en charge peuvent se côtoyer dans un même espace architectural et dans des lieux différents, tels que la consultation de type CMP, l’activité d’hôpital de jour ou encore l’activité de CATTP.

L’ambulatoire :

CMP et CATTP « I Tesori » - 0 - 6 ans
CMP et CATTP « A Rundinella » - 6 à 11 ans
CMP et CATTP « U Laricciu » - 10 à 18 ans
CMP et CATTP à Propriano
CMP et CATTP à Sartène
CMP et CATTP à Porto Vecchio

Le temps partiel :

Hôpital de nuit « A Spassighjata » - 10 à 18 ans
Ateliers thérapeutiques - 10 à 18 ans
Hôpital de jour « A Pampana » - 3 à 12 ans

Ces centres offrent des possibilités variées d’accueil (à temps partiel, à la journée, continu) et visent une approche thérapeutique de chaque enfant sur divers plans :
individuel (travail éducatif, rééducation et soins psychothérapiques), familial (approche relationnelle enfant-famille-institution) groupal (ateliers d’expression sous diverses formes, jeux, activités manuelles, physiques, musicales…) et institutionnel prenant en compte tout le jeu des interactions qui implique tant les soignants que les enfants dans la vie quotidienne et dans les temps de rupture avec la quotidienneté (sorties, pique-niques, séjours thérapeutiques…) ces activités et ces interactions faisant l’objet d’une analyse permanente garante de leur valeur thérapeutique.

Le temps plein :

Une unité de régime commun : « Alba »

Réseau et partenaires :

Le plus grand soin a été porté dans l’articulation avec :
- Les autres dispositifs médico-sociaux relevant du handicap reconnu (loi de 1975, puis du 11 avril 2005) : Institut Médico-Educatif (IME), Institut Thérapeutique Educatif et Psychologique (ITEP), Service d’Education et de Soins Spécialisés à Domicile (SESSAD),
- Les autres structures pour les mineurs (Education Nationale, Justice, Service Départemental de l’Aide Sociale à l’Enfance, …),
- Les hôpitaux généraux (pédiatrie, …)
- Les médecins généralistes.

Actuellement ces dispositifs doivent de plus en plus se coordonner afin de constituer une politique cohérente de santé mentale avec ou sans handicap reconnu.